Règles du je

Elina BROTHERUSSara IMLOUL


Les images d’Elina Brotherus jouent sans cesse avec les règles de ce jeu qui peut aussi s’écrire « je » et qui passe, sans se lasser, du mot au vu, du vu au poème, du poème à tout ce qui dans le cadre peut rire en silence. Sara Imloul, construit des images en noir et blanc réinterprétant toujours un peu plus follement ce qu’ouvraient les surréalistes dans les années 1920.

commissaire      Christel BOGET 
partenaires         gb agency, 110 Galerie, Diamantino, ETPA

I Peri N’Tera

Daniel CASTRO GARCIA


Castro Garcia explore les multiples facettes de l’impact de la migration en Italie, de l’Afrique à la Libye en passant par la mer Méditerranée. Ceux qui survivent à ce voyage subissent nombre d’incidents traumatisants, pour découvrir ensuite que la vie en Italie et dans l’Europe élargie n’est que ghettoïsation, xénophobie, chômage, exploitation accompagnés d’un processus long et difficile pour se voir attribuer des papiers.

commissaire      Anne-Marie BECKMANN
partenaire          Deutsche Börse Photography Foundation

(in)Visible

Collectif fiVe


Le collectif d’artistes viennoises fiVe révèle le visible comme l'invisible, bouscule les habitudes ou redessine des frontières inédites. Riche de sa diversité, le groupe présente, en les poussant à l’extrême ou en les traitant avec subtilité, des thèmes actuels : urbanisation, changements climatiques, environnement et migrations.

partenaires  Advantage Austria, Forum culturel autrichien

Dysnomia

Alexandre DUPEYRON


Par son œuvre, Alexandre Dupeyron a constitué entre ses séries d’ininterrompues conversations d’où il se dégage la sensation d’une matière universelle comme un trou noir. Les représentations élaborées, dont l’étrangeté n’est rien moins qu’évidente, lient l’abîme à l’invention. L’ensemble ne se fragmente pas. Le caractère de chaque représentation s’avère auxiliaire par rapport à l’essence du tout.

partenaire        LesAssociés

Folders, Cracks and Papers

Amin EL DIB


Amin El Dib suit souvent une voie singulière de déconstruction brutale de ses images. La nouvelle construction, créée à partir de l’image détruite, touche notre rétine et notre être au niveau le plus intime, parfois jusqu’au seuil de la douleur. Son but est toujours de capter l’éphémère de la vie et sa fragilité.

commissaire       Marc BARBEY
partenaire           Collection REGARD