Résidences artistiques 



La Fondation Manuel Rivera-Ortiz accueille des résidences d’artistes au sein même de la fondation pour développer et accompagner leurs projets. Retrouvez les précédentes résidences, ci dessous.


Doublure

Juline DARDE GERVAIS


Résidence réalisée de juin à juillet 2022.
Performance DOUBLURE  à l’occasion du vernissage de l’exposition DRESS CODE. Suite à la résidence, Juline a réalisé le film DOUBLUNE projeté à la Fondation.

Doublure
Nom féminin
1. Personne qui remplace momentanément celle qui devait être là. 2. Étoffe qui sert à garnir la surface intime d’un vêtement.

La performance proposée par Juline Darde Gervais interroge la figure atemporelle de l’Arlésienne à travers sa doublure gestuelle et vestimentaire. La performeuse Nikita Goile part à sa quête, emportant avec elle le public de la fondation Manuel Rivera-Ortiz.


Juline Darde Gervais est une artiste plasticienne & designer basée à Paris, France.
Diplômée des Arts Décoratifs de Paris en design de vêtement, elle enrichit sa pratique au sein de nombreuses expériences et collaborations dans le spectacle vivant et le cinéma. Dans une posture de chercheuse, elle explore le potentiel plastique du corps envisagé tel un «corps-scène», dans sa capacité à déployer des images fortes entre fantaisie et abstraction.


Invasion

Dmitry ERET
Katerina KIRTOKA
Yevheniia KRIUK
 


Résidence réalisée de mai à juillet 2022.
Dans l'urgence de la situation en Ukraine, la Fondation a ouvert en urgence une résidence pour accompagner des jeunes photographes Ukrainien.ne.s.
En plus d'un accompagnement artistique, s'est élaborée Invasion, une exposition collective et évolutive, et un fanzine accompagné d'une production d’affiche numérotée et signée qui permet d’ancrer une trace de leur situation en tant qu’artiste mais également en tant qu’Ukrainien.ne.s en exil.
Il nous a semblé nécessaire d’accompagner la jeune génération d’artistes qui se sont vus forcés de quitter leur pays et leur culture mise en danger pour une durée indéterminée. Une guerre en Europe qui pour beaucoup rappelle une sombre période, mais pour d’autres issus d’une génération en quête de liberté, elle semble inconcevable.

Toutes les ventes de Fanzine et d’affiches sont versées dans sa totalité aux artistes.







Dmitry Eret a commencé par le dessin à l’Académie de design, avec un intérêt particulier pour la vidéo et le montage. Puis son intérêt pour l’animation et le motion design s’est développé. Il s’intéresse également à d’autres pratiques artistiques telles que le dessin, la calligraphie, le collage, la photographie et enfin la conception 3D. L’expérimentation est importante pour lui, il apprécie particulièrement les aspects cachés de son processus artistique.



                             




Katerina Kirtoka a commencé son parcours par le dessin puis l’animation numérique pour terminer par la photographie. Elle capture des instants, des personnes, des récits. Dans le passé, le dessin s’est transformé en photos avec une correction des couleurs vives. Dans le contexte de la guerre en Ukraine, le besoin d’exprimer encore plus son opinion par rapport à cette situation d’instabilité. Cela se voit dans ses œuvres récentes, qui ne se limitent plus à la photographie mais au collage, aux animations.






Yevheniia Kriuk a étudié l’architecture à l’Académie nationale des beaux-arts et de l’architecture de Kiev puis a debuté des études aux beaux-arts à l’université Hrinchenko de Kiev. En parallèle, elle a également suivi un cours de photographie à l’école de photographie conceptuelle et artistique Myph.